La fondeuse Therese Johaud ne pourra pas représenter la Norvège lors des Jeux Olympiques d'hiver de 2018. Accusée d'avoir violé les règles antidopage pour avoir utilisé un simple baume à lèvres, sa sanction vient d'être alourdie...

La sanction est terrible pour la septuple championne du monde, mais également pour la Norvège, privée de l'une de ses championnes les plus prolifiques. 

Ce mardi, le tribunal arbitral du sport (TAS) a pris la décision de suspendre la compétitrice durant dix-huit mois suite à son contrôle positif à un stéroïde, l'année dernière. Une sanction alourdie de cinq mois par rapport à celle prise par l'instance arbitrale du sport norvégien - cinq mois de suspension -, mais dont la Fédération internationale de ski (FIS) avait fait appel. Johaug ne pourra donc pas participé aux JO d'hiver de 2018. 

À l'annonce de ce verdict, la Norvégienne de 29 ans a fondu en larmes en pleine conférence de presse donnée dans les Alpes italiennes, où elle s'entraînait. "Je suis complètement anéantie. Je rêvais de participer aux JO", a-t-elle déclaré, entre deux sanglots. "Je ne peux pas comprendre la sanction dont j'écope. Je la trouve injuste".

Un baume pour les lèvres fourni par le médecin de l'équipe nationale

À l'occasion d'un contrôle inopiné qui avait eu lieu le 16 septembre dernier, Therese Johaug avait été contrôlée positive à un stéroïde anabolisant, le clostébol. Une substance interdite par l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Pour sa défense, la fondeuse dit avoir absorbé sans le vouloir cet anabolisant via l'application d'un baume pour les lèvres, le Trofodermin, qui lui a été fourni par le médecin de l'équipe nationale dans le but de soigner les brûlures provoquées par les entraînements en altitude.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !