Seulement quelques heures après avoir annoncé qu'il quittait le Shanghai SIPG, l'entraîneur s'est engagé à participer au Dakar 2018.

André Villas-Boas a annoncé mercredi qu'il allait quitter le club chinois du Shanghai SIPG. Après une expérience qu'il a lui-même qualifiée "d'échec", l'entraîneur portugais souhaite faire un break dans sa carrière footballistique. En revanche, il n'a pas l'intention de rester sur son canapé sans rien faire : à bord d'une Toyota Hilux, il tentera de tirer son épingle du jeu au Dakar 2018, dont le départ aura lieu à Lima (Pérou) le 6 janvier prochain.

Un passionné de sports mécaniques

Bien qu'ayant centré sa carrière sur le football, l'entraîneur a toujours été un mordu de sports mécaniques, tout particulièrement de la moto. Lorsqu'il était encore adolescent, son oncle Pedro Villas-Boas, qui avait couvert le Dakar en 1982, l'avait fait participer au championnat portugais de moto tout-terrain.

Désormais libre et déconnecté de l'univers du foot, André Villas-Boas peut enfin réaliser l'un de ses rêves en prenant part au célèbre rallye-raid. Pour faire d'une pierre deux coups, il a naturellement été tenté de rouler dans la catégorie motos, mais la raison l'a poussé à abandonner pour cette fois. "J'en ai parlé à mon ami Alex Doringer, le manager de KTM, qui m'a dit que j'aurais tout de même besoin d'une préparation complète d'une année pour y arriver et qu'il était préférable de se diriger vers la voiture", a expliqué le sportif.

En guise de copilote, Villas-Boas n'a pas choisi n'importe qui : Ruben Faria est arrivé deuxième lors du Dakar 2013 chez les motos. "Quand André m'a appelé pour me proposer de partir avec lui, j'ai dû réfléchir... au moins cinq secondes. C'est un super challenge et je pense qu'on peut faire un bon Dakar, ce qui signifie rejoindre le bivouac tous les soirs, et en n'arrivant pas trop tard !" s'est enjoué le copilote.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !