Le commissariat de Créteil aurait mis de côté pendant neuf mois la plainte déposée contre l'entraîneur d'athlétisme Giscard Samba pour "viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel". 

Le Parisien révèle un gros dysfonctionnement dans l'affaire Giscard Samba, l'entraîneur d'athlétisme visé par une plainte pour viols. En effet, la plainte en question, déposée le 19 juin 2017 et concernant des faits qui auraient eu lieu entre avril et juillet 2016, n'a pas été immédiatement communiquée au parquet comme la procédure le prévoit. 

« C'est juste une grosse boulette de la collègue »

"La plainte n'a pas été mise de côté parce qu'elle dérangeait. C'est juste une grosse boulette de la collègue. (…) Évidemment que cette affaire aurait dû remonter", explique au Parisien un collègue de la policière. 

Pour rappel, Giscard Samba, entraîneur d'athlétisme reconnu et élu par la Fédération française d'athlétisme meilleur technicien en 2013 est notamment accusé par une de ses anciennes athlètes, aujourd'hui âgée de 21 ans, de l'avoir violée. Des accusations que nie farouchement le coach, qui quelques jours après l'annonce de l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel, s'est exprimé dans L'Équipe. 

« Cette accusation est fausse. Je le sais qu'elle est fausse. Je sais qui a porté cette accusation »

« Cette accusation est fausse. Je le sais qu'elle est fausse. Je sais qui a porté cette accusation. J'ai même un texto de la personne qui prouve qu'elle est fausse, qui prouve les raisons de cette accusation. Je suis innocent (...) On me parle en 2016 ? On te sort des dates, on te charge pour que tu te sentes acculé. On m'a parlé d'agression sexuelle. Maintenant de viol. Il y a quoi en fait ? »

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !