Vive l’Europe

Soyons clairs, au regard du sort du peuple ukrainien, il peut paraître insupportablement égoïste de souligner l’aspect positif des circonstances actuelles… pourtant peut-on ignorer le changement radical qui s’opère sous nos yeux ? Pour le meilleur. La fin de l’incapacité de l’État. Partout en Occident -- et singulièrement en Europe -- le Covid et la paralysie des économies qu’il a occasionnées a amené les États à tourner le dos à 30 ans de poursuite de la rigueur budgétaire pour mettre en place des stratégies de "quoi qu’il en coute". Les dettes publiques ont augmenté partout mais les économies et les niveaux de vie ont résisté, faisant la preuve d’une efficacité de l’intervention publique à laquelle plus personne ne voulait croire. La fin de l’incapacité européenne. Déjà amorcées lors de la négociation du Brexit, l’unanimité et la solidarité européenne face à l’agression russe en Ukraine sont remarquables. Il n’aura fallu qu’un jour et demi pour venir à bout des égoïsmes nationaux et prendre des sanctions véritablement incapacitantes (exclusion de la Russie de Swift). Quant à l’annonce du financement direct par une ligne budgétaire UE de la livraison d’armes à l’Ukraine, elle ne peut s’interpréter que comme « un tournant historique » (Von der Leyen) dans la construction d’une entité européenne autonome.

Rubriques

Société