Violences sexuelles : hausse de 30% des plaintes en octobre

Est-ce l'effet de la récente libération de la parole des femmes suite à l'affaire Weinstein ? En octobre, 30% de plaintes pour violences sexuelles ont été déposées en plus par rapport à l'année dernière.

Les plaintes pour violences sexuelles déposées auprès de gendarmes et de policiers ont bondi de 30% le mois dernier, par rapport à celles enregistrées l'année dernière à la même période, a-t-on appris cette semaine des gendarmes. Ce sont ainsi 360 faits supplémentaires qui ont été rapportés aux forces de l'ordre.

Une parole qui s'est libérée sur les réseaux sociaux

Une hausse qui intervient alors qu'au début du mois d'octobre, l'affaire Weinstein a éclaté aux États-Unis. Suite aux révélations concernant le producteur désormais déchu d'Hollywood, accusé de nombreux viols et harcèlements sexuels, la parole des femmes s'est indéniablement libérée, notamment via les réseaux sociaux avec les hashtag #BalanceTonPorc en France et #MeToo ailleurs dans le monde.

Les plaintes déposées pour violences sexuelles regroupent des faits comme le harcèlement sexuel, l'agression sexuelle et le viol. Le 10 novembre dernier, le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN) Richard Lizurey a fait parvenir à tous les militaires des gendarmeries ainsi qu'aux préfets une note interne sur l'action qui doit être menée par la gendarmerie nationale à l'encontre des violences faites aux femmes.

Rubriques

Société