"Violence, drogue et sexe" : le président de la fac de Tolbiac réclame l'intervention des forces de l'ordre

Selon le président de l'université Panthéon-Sorbonne, Georges Haddad, il se passe "des choses indignes" sur le site de Tolbiac, qui est devenu un "vrai capharnaüm" où la violence, la drogue et même le sexe règnent. 

"J'ai du mal à le décrire (le site) tellement je suis consterné par l'état du centre, un vrai capharnaüm. La violence, la drogue, le sexe même. On me l'a dit, et je crois que c'est vrai, il se passe des choses qui sont indignes", a déclaré sur CNews le président de la faculté de Tolbiac, Georges Haddad.

Des rave-party tous les vendredis soirs

D'après lui, les grévistes organiseraient "des fêtes, ce qu'on appelle les rave-party: le vendredi soir, le samedi soir, des centaines de jeunes viennent festoyer au centre Tolbiac".

La faculté de Tolbiac, qui fait partie de l'université Panthéon-Sorbonne (ou Paris-1), est occupée par les étudiants grévistes depuis le 26 mars, ainsi que des militants. Ce lieu est devenu emblématique de la mobilisation contre la loi modifiant l'accès à la fac, qui bloque actuellement plusieurs sites universitaires en France.

Le président de Tolbiac, "craignant le pire" face à cette situation "préinsurrectionnelle", dit "attendre désespérément que le centre soit évacué" par les forces de l'ordre: "J'attends l'intervention policière (...) Vais-je être obligé de faire directement appel au ministère de l'Intérieur?".

Rubriques

Société