Bruits de la campagne bientôt patrimoine national ?

Le maire de Gajac, en Gironde, souhaite faire en sorte que les bruits de la campagne soient classés au patrimoine national. En effet, les procès contre le chant d’un coq, le meuglement d’une vache ou encore le braiment d’un âne se multiplient.

Maurice, un coq, est au coeur d’un litige entre sa propriétaire et ses voisins. Ces derniers l’accusent de chanter trop tôt le matin. Jeudi prochain, la justice examinera le cas, mais sans le coq en question puisque, selon sa propriétaire, il est fatigué et traumatisé. Voilà un exemple typique de ce que le maire de Gajac souhaite combattre. Il a publié une lettre ouverte afin de défendre les différents bruits de la campagne. L’objectif étant de mettre fin à tout procès lié à ces sons.

Si le classement au patrimoine national risque d’être difficile à obtenir, le maire a au moins fait bouger les choses. En effet, un député de la Lozère, l’un des départements les plus ruraux, se penche sur le sujet. Il explique : “La ruralité, c’est 365 jours sur 365, des gens y vivent et essaient de gagner leur vie. Ce qui est insupportable, c’est que des personnes qui n’en sont pas originaires veulent imposer leur conception au détriment de la vie rurale”.

Rubriques

Société