La liste des charges retenues contre lui est longue...

"Atteinte à la pudeur, atteinte aux bonnes mœurs, outrage à fonctionnaire public, état d'ébriété et refus d'obtempérer". Les charges à l'encontre de Nessim Ouadi sont lourdes. Ce Franco-Algérien de 33 ans est emprisonné depuis le vendredi 6 octobre. Son crime ? Avoir embrassé sa petite amie en public. La justice tunisienne l'a condamné à 4 mois et demi de prison ferme. Quant à son amie, elle a écopé de 3 mois de prison ferme.

"La police était agressive"

Les faits se sont déroulés le 29 septembre. Nessim Ouadi et son amie tunisienne se trouvent alors à Gammarth lorsqu'ils décident de s'arrêter sur le bord d'une route touristique. C'est alors que des policiers les contrôlent lorsqu'ils sont en train d'échanger un baiser.

"Elle a essayé de maîtriser la situation et de discuter calmement. Et surtout, face à elle, la police était agressive. Et [les policiers] hurlaient et les insultaient", relate Karima Bouraoui, une amie d'enfance de la Tunisienne. "Embrasser sa copine, ce n'est pas grave, il n'a pas commis de meurtre", a réagi pour sa part la mère de Nessim, bouleversée, depuis la France où elle habite. 

L'avocat du jeune homme a fait appel de sa condamnation. Tous espèrent que Nessim Ouadi, ainsi que sa compagne, ressortiront bientôt libres.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !