Tours : Un enseignant mis en examen pour "viols et agressions sur mineurs"

Un chef de choeur du conservatoire de musique de Tours a été mis en examen ce lundi. Le parquet de la ville indique qu'il aurait commis ses agressions lors de concerts organisés par le conservatoire, à Paris. 

Il droguait ses élèves 

Le suspect, incarcéré pour "viols et agressions sur mineurs", a également été mis en examen pour "administration de substances nuisibles". En effet, il fabriquait lui-même des pilules composées de somnifères dans le but de droguer ses élèves.

Le procureur de la République de Tours, Kean-Luc Beck a indiqué qu'il les faisait prendre à ses élèves pour qu'ils évitent d'avoir « des maladies ou des rhumes des foins ».  

Six à sept victimes déjà interrogées 

« Six à sept jeunes garçons » ont déjà témoigné. Depuis 2014, ils déclarent avoir subi des pénétrations sexuelles. Les victimes, alors âgées de 13 à 16 ans, affirment que leur agresseur profitait de voyages pour des concerts à Paris pour commettre ces actes. 

De son côté, l'homme « reconnaît la matérialité des relations à caractère sexuel, mais nie toute forme de contrainte ou de violence ». 

L'homme déjà condamné pour des faits similaires 

Le 2 juin 2005, l'homme de soixante ans avait déjà été condamné à trois mois de prison avec sursis pour "agressions sexuelles sur mineurs" par le tribunal correctionnel de Tours.  

Il avait cependant été relaxé le 28 septembre 2006 par la cour d'appel d'Orléans. Les magistrats avaient indiqué qu'il était « unanimement apprécié par les parents des enfants dont il s'occupait », élément qui a joué en sa faveur durant le procès. De plus, un examen psychiatrique avait également permis « d'exclure toute tendance pédophile ». 

L'enseignant avait été suspendu de son travail, mais, suite à sa procédure contre la ville de Tours, il avait obtenu sa réintégration au sein du conservatoire. 

Le maire de Tours déclare être "ému"

Lors d'une conférence de presse, Christophe Bouchet, maire de Tours, a déclaré être « ému ». Selon lui, l'enseignant était « un manipulateur hors série » qui « utilisait le nom du conservatoire et fabriquait des faux ». 

Suite à sa relaxation en 2006, la direction du conservatoire avait « une vigilance de tous les instants ». Le maire de Tours rencontrera bientôt les parents des victimes pour exprimer son soutien contre ce « personnage particulièrement retors et pervers » qui avait « mis en oeuvre toute une série de mesures pour déjouer la vigilance renforcée ». 

Le procureur de la République a quant à lui lancé un appel pour que d'éventuelles autres victimes relatent des faits similaires. 

Rubriques

Société