Toulouse : le quartier du Mirail en proie aux violences urbaines

Cette nuit, le quartier toulousain du Mirail s'est de nouveau embrasé pour la seconde fois consécutive, lorsque des affrontements ont eu lieu entre les forces de l'ordre et des bandes de jeunes. 

La nuit de lundi à mardi a été de nouveau le théâtre de violences urbaines aux quartiers du Mirail, de la Reynerie, de Bellefontaine et de Bagatelle. Pour la deuxième nuit consécutive, de violents incidents se sont produits dans cette zone du Grand Mirail.

Les forces de l'ordre ont notamment été prises pour cibles, ainsi que les pompiers, qui tentaient d'éteindre les nombreux incendies de voitures ou de containers à ordures, qui ont repris dès la tombée de la nuit. Les policiers ont également essuyé des jets de projectiles.

D'après la police, 25 voitures ont été incendiées et 18 personnes ont été interpellées. Cette nuit, un important dispositif avait été déployé, avec 200 policiers sur le terrain appuyés par un hélicoptère. Dans la nuit de dimanche à lundi, les échauffourées avaient déjà éclaté, menées par plus d'une dizaine de jeunes qui avaient incendié plusieurs voitures. 

Pour tenter d'empêcher de nouveaux incendies de véhicules, ce lundi la préfecture de Haute-Garonne a interdit jusqu'à mercredi la vente d'essence en bidon dans toute l'agglomération toulousaine.

Ces nouvelles violences semblent avoir été déclenchées par la mort d'un détenu dans la maison d'arrêt de Seysses, retrouvé pendu dans sa cellule, ce samedi. Autre cause possible : le contrôle d'une femme vêtue du niqab par la police, ce dimanche à Bellefontaine. Un contrôle qui avait dégénéré. 

Rubriques

Société