"Le tireur de Paris", Abdelhakim Dekhar jugé à partir de vendredi aux assises

Pendant cinq jours, l'homme avait été traqué après avoir fait irruption, arme à la main, dans les locaux de BFM TV, Libération et à la Société générale à la Défense. Un homme avait été grièvement blessé. 

Les faits remontent à novembre 2013. Pendant cinq jours Abdelhakim Dekhar avait été traqué par la police. L'homme, armé d'un fusil, avait successivement fait irruption dans les locaux de BFM TV, puis dans ceux de Libération où un assistant photographe avait été grièvement blessé. Il avait ensuite tiré devant une agence de la Société Générale à la Défense et avait enfin pris un automobiliste en otage. 

Des faits qui étaient intervenus un an et demi après les tueries de Mohamed Merah à Toulouse et à Montauban et qui avaient créé la peur dans les rues de Paris.

D'abord surnommé "le tireur de Paris", Abdelhakim Dekhar avait finalement été identifié et interpellé. Âgé de 52 ans, il est jugé à partir de ce vendredi devant une cour d'assises. Il est poursuivi pour tentative d'assassinat en récidive et enlèvement et séquestration. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité. Son procès doit durer une semaine.

Bien connu de la justice

Abdelhakim Dekhar avait fait parler de lui dans les années 90. À l'époque, il avait été condamné dans une célèbre affaire de l'ultra-gauche. Soupçonné d'être le troisième homme, il avait participé, aux côtés de Florence Rey et d'Audry Maupin, à une fusillade en 1994 au cours de laquelle trois policiers, un chauffeur de taxi et Maupin avaient été tués. Dans cette affaire, il avait été condamné à 4 ans de prison pour "association de malfaiteurs".

Rubriques

Société