Ce document, qui n'a été intégré à la procédure que le 1er février, indique que l'islamologue accusé de viols aurait pris un vol Londres-Lyon le 9 octobre 2009. Son heure d'arrivée présumée le disculperait de l'agression de l'une des plaignantes, qui affirme avoir été violée ce jour-là.

D'après Le Parisien, Tariq Ramadan, mis en examen pour viols et placé en détention provisoire, pourrait avoir un alibi concernant l'une des agressions sexuelles dont il est accusé. 

Le parquet de Paris aurait ainsi omis de transmettre aux enquêteurs un document faisant état d'une réservation de vol Londres-Lyon, que l'islamologue aurait effectué le 9 octobre 2009. Une date loin d'être insignifiante, puisqu'il s'agit du jour où l'une des plaignantes affirme avoir été violée par Tariq Ramadan dans un hôtel lyonnais.

Or, précise Le Parisien, "le document indique que le prédicateur, qui devait participer le soir même à 20h30 à une conférence dans la capitale des Gaules, se serait posé à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry à 18h35". Un horaire qui selon la défense du conférencier fragilise la version de la plaignante, qui a rapporté aux enquêteurs avoir été violée "dans l'après-midi".

Les enquêteurs, qui n'ont été en possession de ce document que le 1er février, n'ont pas encore été en mesure d'interroger Tariq Ramadan sur ce point. Il s'agit pour les avocats de ce dernier d'un "défaut de communication" portant "gravement préjudice à monsieur Ramadan". Ils ont demandé à la garde des Sceaux la saisine de l'Inspection générale de la justice.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !