Tariq Ramadan terribles accusations

Le gouvernement genevois confirme les accusations portées contre l'islamologue, qui a bien entretenu des relations sexuelles avec certaines de ses élèves en Suisse, âgées de 15 à 18 ans. 

Tout juste sorti de prison en France et placé en liberté conditionnelle, Tariq Ramadan se voit rattrapé par son passé d'enseignant en Suisse. Une enquête commandée le gouvernement du canton de Genève et portant sur des abus commis au Cycle d'orientation des coudriers et au collège de Saussure, établissements dans lesquels Ramadan a enseigné le français entre 1984 et 2004, révèle que l'islamologue a bien entretenu des relations sexuelles avec des élèves mineures. 

Dans ce rapport confidentiel, remis le 31 octobre dernier au Conseil d'État (gouvernement), on peut lire que Tariq Ramadan « aurait tenté de séduire sans succès l'une de ses élèves âgée de 14 ans et serait parvenu à entretenir des relations sexuelles avec les trois autres élèves âgées de 15 à 18 ans ». L'enquête révèle également que le professeur invitait individuellement ses élèves, garçons et filles, au restaurant à midi, dans des établissements en dehors des collèges. « Lorsque ce fut le tour d'une des victimes présumées, il l'a prise en charge sur le siège avant du passager et posa sa main droite sur sa cuisse gauche, en lui tenant des avances inappropriées et intrusives », apprend-on également. 

Un autre élève rapporte des attouchements sexuels qui ont eu lieu dans la voiture de Tariq Ramadan. « L'emprise psychologique et les menaces de l'homme charismatique reviennent également dans les différentes auditions », constate également ce rapport qui vient ainsi confirmer les différents reportages à ce sujet, parus dans la presse suisse dès novembre 2017. 

Une ancienne élève affirme également avoir été « abusée et violée » par le professeur. « J'ai eu des relations sexuelles avec lui. Il était marié et père de famille. Cela s'est passé trois fois, notamment dans sa voiture. C'était consenti, mais très violent. J'ai eu des bleus sur tout le corps. Il m'a toujours fait croire que je l'avais cherché », rapporte-t-elle. 

Rubriques

Société