Syndicat FO - Des salaires mirobolants

En 2017, l'ancien secrétaire général de FO a ainsi perçu pas moins de 100.000 euros brut de salaires et primes...

Les membres dirigeants de Force Ouvrière, syndicat en crise depuis la démission de Pascal Pavageau, semblent pourtant se porter très bien financièrement, à en croire les salaires accordés à la direction. D'après Le Parisien, qui a pu consulter des documents de comptabilité interne, les 13 membres du bureau confédéral ont dépensé, en 2017, pas moins de 400.000 euros de notes de frais, l'équivalent cette année-là de 29.000 euros par personne. 

Toujours en 2017, Pascal Pavageau, alors secrétaire général en charge de l'économie, qui n'était pas encore élu numéro un de FO, s'est fait rembourser un total de 50.836 euros de notes de frais... Ce qui n'est rien comparé aux salaires perçus par les membres de l'équipe dirigeante du syndicat. Jean-Claude Mailly, ex-secrétaire général de FO, a ainsi perçu un revenu annuel brut total s'élevant à 100.334,63 euros (8361,21 euros bruts par mois). Après son départ au printemps 2018, il aurait également touché ces derniers mois une prime de retraite de 23.000 euros. 

En 2017 toujours, cinq autres membres de la direction, tous salariés de la confédération, "ont en 2017 touché des revenus annuels avoisinant les 81.000 euros brut annuel avec primes (pour trois d’entre eux), les deux autres restants atteignant 76.955 et 83.881 euros", rapporte encore le quotidien. 

Un train de vie dispendieux des dirigeants de Force Ouvrière, qui aurait pour conséquence de plomber les comptes du syndicat... Ainsi, alors qu'en 2016 l'organisation enregistrait un excédent de près de 1,2 million d'euros, en 2017, elle doit faire face à une perte de 635.182 euros.

Rubriques

Société