Alors qu'il tentait de la violer pour la seconde fois, une jeune femme de 19 ans a tué l'homme que son père l'avait forcée à épouser. Pour ce crime, elle a été condamnée à la peine capitale. 

Noura Hussein Hammad a été mariée de force à l'âge de 16 ans, par son père. Forcée d'épouser Abdulrahman Hammad - la loi soudanaise autorise le mariage des enfants de plus de 10 ans -, elle a toujours refusé d'avoir des rapports sexuels avec cet homme. Son mari a alors appelé deux de ses frères et un cousin afin qu'ils maintiennent la jeune femme pendant qu'il la violait, explique l'ONG Amnesty International.

"Le 2 mai 2017, les trois hommes ont tenu Noura Hussein pendant qu'Abdulrahman l'a violée. Le lendemain, il a à nouveau essayé de la violer, mais elle a réussi à s'échapper dans la cuisine où elle a attrapé un couteau. Dans la bagarre qui s'ensuivit, Abdulrahman a succombé à des coups de couteau", explique l'ONG. Noura Hussein est alors retournée chez elle et son père l'a remise à la police. 

Lors de son procès qui s'est tenu en juillet 2017, le tribunal, expliquant que le viol conjugal n'était pas reconnu, a condamné la jeune femme de 19 ans à la peine de mort pour "homicide volontaire". "La peine de mort est le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant", dénonce Amnesty International, qui souligne que "la peine prononcée à son encontre est d'une cruauté intolérable". "Les autorités soudanaises doivent annuler cette condamnation manifestement injuste et s'assurer que Noura ait droit à un nouveau procès, équitable, qui prend en compte ces circonstances atténuantes", exige l'ONG. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !