Selon une enquête, un quart des médecins prescrirait des doses nocives de paracétamol

Selon les résultats d'une enquête menée par l'association UFC-Que Choisir, un quart des pharmaciens conseillerait de mauvaises doses de paracétamol à leurs patients, pouvant s'avérer dangereuses. 

L'association UFC-Que Choisir a mené l'enquête, et les résultats font peur : selon elle, un pharmacien sur quatre conseillerait de mauvaises doses à leurs patients, des indications qui pourraient s'avérer dangereuses pour leur santé. 

De faux malades dans plus de 700 pharmacies

L'association UFC-Que choisir a enquêté auprès de 700 pharmacies avant de rendre son verdict : selon elle, 24% des pharmaciens prescriraient un mauvais dosage de paracétamol, soit un sur quatre. Pour mener à bien ce sondage, les membres de l'association se sont rendus directement sur place, dans 772 pharmacies exactement, situées partout en France, afin de simuler l'achat de deux médicaments pour soigner le rhume : du Doliprane et de l'Actifed Rhume jour et nuit, qui ne peuvent se prendre ensemble, constitués tous deux de paracétamol.  

Paracétamol : des doses nocives prescrites

Si en majorité les pharmaciens indique bien à leurs patients de ne pas associer les deux médicaments, cela pouvant s'avérer dangereux, ils font en revanche souvent erreur au niveau du dosage. "Alors que la dose maximale en automédication est de 3 grammes de paracétamol par jour, 54% des pharmacies ont conseillé une dose supérieure", explique l'association dans son communiqué, en ajoutant : "Pire, dans une officine sur quatre (24%), le dispensateur a conseillé un traitement aboutissant à des prises supérieures à 4 grammes par jour, soit des doses dangereuses pour la santé"

L'UFC-Que choisir appelle désormais à "la présence d'un encadré spécifique sur l'emballage des médicaments sans ordonnance, pour informer le consommateur sur les principales interactions et contre-indications"

Rubriques

Société