Scandale Lactalis : des bébés contaminés dès 2005 ? Possible, selon le PDG...

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, s'est confié dans les Échos suite à l'affaire du lait infantile contaminé qui a ébranlé sa société. Tout en s'inquiétant pour la santé financière de son groupe, il a laissé entendre que les négligences pourraient bien avoir commencé des années plus tôt...

Emmanuel Besnier sort de son silence. Le PDG de Lactalis, qui se fait rare dans les médias depuis le scandale qui a touché sa société et contaminé plusieurs bébés, s'est exprimé dans les colonnes des Échos. Le PDG, qui se montre transparent, a tout d'abord expliqué les origines de cette importante contamination de lots de lait infantile. "On sait aujourd'hui que nous avons libéré des salmonelles Agona en réalisant des travaux sur les sols et les cloisons de la tour de séchage numéro 1. Malgré le confinement des espaces en travaux, elle s'est disséminée dans l'environnement. Elle a contaminé des équipements amovibles qui servent à produire des petites séries de lait infantile."

140 bébés malades en 2005

La bactérie a pour rappel contaminé 35 nouveau-nés ces dernières semaines. Une affaire qui n'est pas sans rappeler une autre plus vieille, datant de 2005, lorsque 140 bébés étaient tombés malades. "La bactérie responsable des problèmes est la même que celle de 2005, époque à laquelle nous n'étions pas propriétaires du site. Elle était confinée dans les infrastructures de la tour numéro 1", a avoué le PDG de Lactalis.

Pour Emmanuel Besnier, la faute de cette contamination est également à imputer au laboratoire en charge des analyses des produits sortant de l'usine Lactalis. "Il ne nous a communiqué aucune alerte sur les produits (…) Nous nous posons beaucoup de questions sur la sensibilité des analyses faites par ce laboratoire. Nous avons beaucoup de mal à comprendre comment 16.000 analyses réalisées en 2017 ont pu ne rien révéler", a souligné le PDG.

Rubriques

Société