Les revenus de la drogue intégrés dans le PIB

L’INSEE a déclaré que les revenus des trafics de drogues seraient désormais comptabilisés dans le PIB. Une décision qui a déjà été appliquée dans d’autres pays membres de l’Union Européenne.

Après plusieurs années de débat, l’INSEE a finalement décidé d’intégrer les revenus de trafics illégaux au PIB. La décision prendra effet à partir du mois de mai et vise à aligner ce chiffre à ceux des pays voisins.

Suite à la demande d’Eurostat (institut de statistiques européen), des pays membres de l'Union Européenne comme le Royaume-Uni, l’Italie ou encore l’Espagne avaient déjà accepté de comptabiliser les revenus des trafics de drogue et la prostitution dans leur PIB. En effet, ces activités sont légales dans certains pays membres, comme les Pays-Bas.

La France n’avait alors pas souhaité appliquer ces mesures, car ces transactions commerciales ne sont pas toujours consenties. Ainsi, la prostitution restera non comptabilisée car il est impossible de vérifier le consentement des personnes impliquées dans cette activité. C’est ce qu’explique Ronan Mahieu, responsable du département des comptes nationaux.

Une hausse du PIB pourrait en résulter, sans pour autant influencer la croissance. Les revenus de ces activités représenteraient tout de même quelques milliards d’euros. Cette décision ne veut pas dire que la France les cautionne, mais elle offrira un chiffrage plus précis des revenus de ces activités. D’ailleurs, la fraude fiscale est déjà intégrée au PIB depuis plusieurs années.

Cette entreprise s’avèrera difficile, car bien sûr les activités illégales ne sont pas déclarées auprès du Fisc. Des organismes tels que l’Observatoire français de drogues et de toxicomanie vont aider à chiffrer ces revenus.

La pertinence de cette décision est remise en question, puisqu’il est impossible de distinguer les bienfaits des nuisances de ces richesses. Une augmentation des trafics illégaux et de leurs revenus seraient ainsi perçus comme une “bonne nouvelle” car elle provoquerait une augmentation du PIB.

Même si d’autre indicateurs, comme le Bonheur Intérieur Brut ont déjà été mis en place, le PIB demeure jusqu’alors la référence en ce qui concerne le calcul des richesses.

Rubriques

Société