Cette jeune styliste lyonnaise a eu la désagréable surprise de se faire casser son fauteuil roulant lors d'un vol sur la compagnie low-cost WOW Air entre Los Angeles et Paris.

La jeune femme a raconté son calvaire au Parisien. Lucie Carrasco est une jeune femme de 36 ans. Styliste dans la vie, elle revenait le 3 août dernier d'un séjour aux États-Unis.

Sauf que Lucie est tétraplégique. Un handicap contracté à cause d'une maladie générique neuromusculaire diagnostiquée à l'âge de 8 mois. Mais cela ne l'empêche pas de voyager. Bien au contraire. Le 3 août dernier, la jeune femme embarque donc pour un vol entre Los Angeles et Paris, avec une escale à Reykjavik, en Islande. Des billets pris avec la compagnie à bas coûts, WOW Air.

Comme le raconte le quotidien, ses problèmes commencent à sa descente d'avion à l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Lucie Carrasco doit récupérer son fauteuil électrique de 90 kg. "Évidemment, il n'était pas là. J'ai dû attendre une heure trente avant qu'on me l'apporte", raconte-t-elle. Mais elle n'est pas au bout de ses surprises.

Lorsque l'équipage lui apporte son équipement médical, d'une valeur d'environ 30.000 euros, celui-ci est cassé... Lucie et son accompagnatrice en informent immédiatement la compagnie. La Lyonnaise veut obtenir réparation et surtout trouver une solution pour regagner son domicile à Lyon. Un trajet qu'elle avait prévu de faire par le train. Ce qui était impossible sans son fauteuil.

 

Partagez svp please share #share #partager @wowair Bravo WOW AIR @wowiceland compagnie aérienne honteuse !! Mon fauteuil a été cassé. Il est bloqué et inutilisable. Je suis handicapée dépendante à 100% et je me retrouve durant 7h allongée sur une banquette au milieu de l'aéroport, j'ai du faire mes besoins au milieu de tout le monde. À l'heure qu'il est, ne pouvant pas prendre le train ainsi pour Lyon, j'attends un rapatriement en ambulance chez moi à après de fortes douleurs et fatigue liées au voyage et à cet événement mais WOW AIR refuse de payer et nous dit de nous débrouiller. (Merci au personnel des aéroports de Paris qui font de leur mieux, sincèrement). Vais-je devoir brancher mon respirateur et rester dormir ici, la suite au prochain épisode. Cela s'appelle de la non assistance à personne en danger #wowair #scandal #handicap #france #voyage #SHAMEWOW

Une publication partagée par Lucie Carrasco Official (@luciecarrasco) le

"La compagnie a refusé, alors que c'est vital pour moi. Mon fauteuil, c'est mes bras, mes jambes. Sans ça, je ne peux rien faire". La jeune femme va passer sept heures sur une banquette de l'aéroport à attendre. Le personnel d'Aéroports de Paris la prend en charge pendant tout ce temps. "Ils ont été extraordinaires, ils sont restés à mes côtés jusqu'au bout". 

Mais la position n'est pas confortable. "Je souffrais. Pourtant, je suis très résistante". Pire, elle a été contrainte de faire ses besoins devant tout le monde. "C'était très humiliant", regrette-t-elle.

La compagnie WOW Air décriée

"J'ai dû payer 400 euros de plus pour être placée à l'avant avec mon accompagnatrice et avoir un siège plus large. On a même déjà voulu me faire payer mon appareil respiratoire comme un bagage cabine", affirme la jeune femme très remontée.

Finalement, après d'âpres négociations, à 2h54 du matin, WOW Air accepte de faire appel à une compagnie d'ambulances pour son retour à Lyon. "J'ai été prise en charge par deux employés qui n'étaient pas ambulanciers et ne savaient pas me manipuler ! L'un d'eux fumait, roulait n'importe comment. Je suis arrivée chez moi le lendemain à 11 heures du matin ! Je pensais que ça n'allait jamais s'arrêter. C'était comme dans un mauvais film".

La compagnie dit regretter cet épisode, tout en soulignant qu'elle a dû régler la note de 2.000 euros pour l'ambulance. La jeune femme compte maintenant porter plainte.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !