Ramadan Les SMS accablants

Une nouvelle expertise vient de dévoiler 399 nouveaux sms qui remettent en cause la version de Tariq Ramadan. Jusqu'ici, l'islamologue avait toujours soutenu n'avoir bu qu'un simple café avec son accusatrice...

Ce mercredi, la demande de mise en liberté de Tariq Ramadan a été rejetée, principalement à cause d'une nouvelle expertise informatique, qui vient de mettre à jour 399 SMS remettant en cause la version de l'islamologue. 

L'expertise portant sur l'ordinateur de Tariq Ramadan et l'ancien portable de l'accusatrice, qui prétend avoir été violée par ce dernier dans une chambre d'hôtel à Lyon, le 09 octobre 2009, révèlent des éléments qui mettent à mal la défense de l'islamologue. En effet, dans le téléphone de la plaignante ont été retrouvés 399 SMS d'échanges avec Tariq Ramadan, entre août et octobre 2009, dont huit messages datés du jour du viol présumé. 

"Je t'attends en haut", "appelle-moi quand tu arrives, tu vas avoir besoin d'une carte pour monter dans la chambre", écrit notamment Tariq Ramadan à cette femme, souvent dans un langage salace. 

Des messages échangés entre les deux protagonistes le lendemain du viol présumé, alors que la femme s'était rendue à l'hôpital, montrent que Tariq Ramadan s'est excusé pour sa violence. 

Toutefois, d'autres messages envoyés par l'accusatrice interrogent la défense de l'islamologue. "Ta peau me manque, tu m’as manqué dès que j’ai passé la porte" lui aurait écrit cette femme d'après les résultats de l'expertise. "Si je passais un mauvais moment, je serais (sic) partie". S'agirait-il d'une relation consentie ou bien d'une personne sous emprise ? La justice devra trancher. 

Rubriques

Société