D'ici 2019, près de quarante individus condamnés pour terrorisme devraient sortir des prisons françaises. Un véritable enjeu pour la sécurité. 

Les "revenants", ces individus partis faire le djihad et rentrant en France inquiètent particulièrement les services de renseignements. Mais il existe aussi un autre phénomène qui inquiète tout autant les mêmes services : les "sortants", ces détenus condamnés pour terrorisme et qui d'ici peu, auront purgé la totalité de leur peine et sortiront de prison. Selon François Molins, procureur de la République de Paris, une quarantaine d'individus relevant de cette catégorie sortiront de prison d'ici 2019, avec le risque de s'être radicalisé davantage lors de leur détention.

"On court un risque majeur, qui est de voir sortir de prison des gens pas du tout repentis, voire au contraire plus endurcis par leur passage en prison", a souligné François Molins. 

"Avant 2016, "on ne criminalisait pas, car on n’avait pas tout à fait pris conscience de la menace de Daesh"

Au total, les prisons françaises détiennent plus de 500 personnes condamnées pour terrorisme, et 1200 détenus emprisonnés pour des faits de droit liés à leur radicalité. 

L'imminence de la sortie de ces individus s'explique par le fait qu'avant 2016, "on ne criminalisait pas, car on n’avait pas tout à fait pris conscience de la menace de Daesh, mais depuis les attentats, on considère que tous ceux qui ont rejoint la zone irako-syrienne pour rejoindre Daesh se rendent coupables d’une association de malfaiteurs terroristes criminelle ce qui les rend passibles d’une cour d’assises", a expliqué François Molins. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !