Quand le maire de Saint-Denis s'offusque que Chronopost ne livre plus dans certains quartiers

Un coup de gueule qui ne passe pas sur les réseaux sociaux...

Dans certains quartiers de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), les livreurs de Chronopost, service de livraison de colis à domicile, ne veulent plus assurer leurs services. Une décision qui excède au plus haut point le maire, à qui de nombreux habitants se sont plaints de cette situation.

Pour justifier le fait de ne plus livrer certains quartiers de Saint-Denis, Chronopost met en avant la sécurité de ses chauffeurs considérée comme "prioritaire" et qui ne peut être assurée dans ces zones sensibles. Pour Laurent Russie (PCF), cette argumentation ne justifie pas la non-livraison dans ces quartiers : « Ils font état de difficultés pour le livreur, de difficultés au point de vue de la sécurité. Ils nous donnent un chiffre, qui est un chiffre national de 52 agressions qu’ils auraient eu en France en 2017 ».

Et le maire de Saint-Denis d'ajouter : « Il est totalement anormal qu’une partie de la ville aussi infime soit elle ne soit plus livrée par ce que je continue à considérer comme un service public ». Bien que l'entreprise Chronopost appartienne à La Poste, laquelle est financée par l'État, Chronopost reste avant tout une entreprise privée qui n'a donc pas de missions de services publics à rendre. 

« De plus en plus on se rend compte que dans nos villes populaires, c’est souvent dans les quartiers qui peuvent sembler les plus difficiles que l’Etat commence à rogner sur les services publics », souligne Laurent Russie dans une vidéo, publiée par FranceInfo. « On le doit aux habitants, c’est une question d’égalité républicaine et cette égalité est encore plus attendue ici à Saint-Denis, parce qu’on a quand même toujours un peu l’impression d’avoir un peu moins qu’ailleurs », souligne l'édile. Une colère qui sur les réseaux sociaux s'est rapidement retournée contre le maire en personne, les internautes lui reprochant de laisser l'insécurité gagner du terrain dans les quartiers sensibles de sa ville, pour après venir se plaindre de la situation. 

Rubriques

Société