Les produits de beauté responsables de la pollution atmosphérique

Selon une étude américaine, nos produits domestiques seraient à l'origine de 50% de la pollution atmosphérique.  

Des produits responsables à 50% de la pollution de l'air 

Alors que 50% de la pollution atmosphérique que nous subissons chaque jour provient de la pollution liée aux carburants fossiles, les 50% restants viendraient des produits que nous utilisons quotidiennement dans nos foyers.  

C'est ce que démontre une étude menée en Californie par des scientifiques des universités du Colorado et de Berkeley. Brian McDonald, chercheur au sein de la CIRES (Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences) explique que « les substances que nous utilisons dans notre vie quotidienne peuvent avoir un impact sur la pollution de l'air ». 

Les voitures ne seraient donc pas les seules responsables de la pollution atmosphérique. Shampoings, parfums et autres produits de beauté seraient tout aussi nocifs pour notre santé et pour la planète. En effet, alors que les constructeurs ont progressivement amélioré les voitures afin de les rendre plus respectueuses de l'environnement, les chercheurs se sont penchés sur d'autres sources de pollution atmosphérique. « La plupart de ces composés nuisibles provenaient du secteur des transports, mais au fur et à mesure que le transport devient plus propre, ces autres sources deviennent de plus en plus importantes », ajoute Brian McDonald. 

Des composés organiques volatiles dangereux 

 

Peinture, produits ménagers, cosmétiques, parfums pesticides et eau de javel sont des composés organiques volatils (COV). Les particules présentes dans ces produits les rendent nocifs, voire même toxiques. Elles peuvent être à l'origine de problèmes respiratoires et endommagent nos poumons. Ces particules « sont environ deux fois plus élevées que celles du secteur des transports »  selon le Huffington Post UK.

« Les produits chimiques volatils utilisés dans les solvants courants et les produits de soins personnels sont littéralement conçus pour s'évaporer : vous portez du parfum ou utilisez des produits parfumés pour que vous ou votre voisin puissiez profiter de l'arôme », explique Jessica Gilman, coauteure de l'étude. La chercheuse souligne qu'il faut préférer les produits qui n'ont pas d'odeur. 

La loi européenne reste floue à ce sujet 

Des étiquettes pourvues du sigle /!\ indiquent que le produit est nocif. Cependant, aucune loi n'en interdit la commercialisation, et la législation européenne demeure très floue à ce sujet. Des organismes, tels que Greenpeace, offrent des guides de produits testés en indiquant si ceux-ci contiennent- ou non- des substances chimiques à éviter. 

Rubriques

Société