Le procès du Dr Nassar, « prédateur sexuel », s’ouvre devant des victimes brisées « à jamais »

Ce mardi s'est ouvert le procès du Dr Nassar, ancien médecin de l'équipe américaine de gymnastique accusé d'avoir agressé plusieurs dizaines de jeunes femmes. Toutes ont livré des témoignages bouleversants, racontant en détails les terribles agressions sexuelles qu'elles ont subit de la part de cet homme, à qui elles faisaient confiance.

Le Dr Nassar risque la prison à perpétuité. Ce mardi 16 janvier, alors que s'est ouvert le procès de l'emblématique praticien de 54 ans au tribunal de Lansing, dans le Michigan, ses victimes ont défilé, une à une à la barre, afin de raconter le calvaire que l'ancien médecin leur a fait subir. 

Plus de cent gymnastes affirment avoir été agressées sexuellement par le praticien, alors qu'elles étaient très jeunes

Ces anciennes gymnastes dont plusieurs médaillées olympiques, qui sont plus de cent à accuser le médecin de viols, étaient toutes très jeunes à l'époque des faits. Toutes décrivent un homme qui a brisé leurs vies. Ainsi, Alexis Moore a affirmé à la juge Rosemarie Aquilina que le Dr Nassar avait «trahi ma confiance, profité de ma jeunesse et m'a agressée sexuellement des centaines de fois».  «Je suis vraiment fière de vous», lui a répondu la juge, soulignant : «Votre cicatrice s'est muée en voix puissante.»

Simone Biles révèle avoir été violée par le Dr Nassar

D'après le bureau du procureur général, 88 femmes et jeunes filles devraient ainsi livrer leurs témoignages face à la juge, lors de ce procès qui pourrait s'étendre sur plusieurs jours. Des auditions qui interviennent alors qu'un nouveau témoignage retentissant a été livré sur la Toile par la quadruple championne olympique Simone Biles. Cette dernière vient en effet de déclarer sur les réseaux sociaux faire également partie de la longue liste des victimes du Dr Nassar. 

À l'issue de ce procès, le praticien déjà condamné début décembre à 60 ans de réclusion pour détention de matériel pédopornographique dans un autre volet de la même procédure, pourrait bien être condamné à la réclusion à perpétuité.

Rubriques

Société