Prières de rue à Clichy : des responsables musulmans portent plainte après les protestations des élus

La situation s'envenime à Clichy-la-Garenne, où chaque vendredi, des fidèles musulmans prient dans la rue pour protester contre la fermeture de leur lieu de culte, malgré l'ouverture d'un nouveau complexe pour les accueillir...

L’Union des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC) s'apprête à déposer plainte contre X pour violence aggravée suite au rassemblement d’élus Les Républicains pour protester contre les prières de rue dans cette ville, ainsi que contre le maire pour diffamation et incitation à la haine raciale, a rapporté ce lundi leur avocat.

Vendredi 10 novembre, une centaine d'élus qui avaient revêtu l'écharpe tricolore avaient tenté d'empêcher la prière du vendredi qui se tient dans l'une des rues principales de cette ville des Hauts-de-Seine depuis plusieurs semaines et à laquelle de nombreux musulmans prennent part chaque semaine. Des fidèles qui viennent parfois de loin pour protester contre la fermeture, en mars dernier, de leur lieu de culte en plein centre-ville. Celui qu'a construit la municipalité en remplacement ne leur convient pas.

« Il y a eu des prêches en arabe, des prêches avec des appels au meurtre »

« Il est patent que les élus qui manifestaient (…) ont commis des actes de violence à l’encontre des personnes de confession musulmane, avec pour unique raison leur appartenance vraie ou supposée à cette religion », peut-on lire dans la plainte contre X qui sera déposée auprès du parquet de Nanterre.

L'UAMC a en outre décidé de poursuivre en justice le maire LR de Clichy-la-Garenne, Rémi Muzeau, pour diffamation et incitation à la haine raciale. « Il y a eu des prêches en arabe, des prêches avec des appels au meurtre », avait-il assuré. « Il y a eu aussi des documents qui ont été mis dans la rue, qu’on a récupérés, avec des phrases terribles où on disait "si vous rencontrez un juif, tuez-le", j’ai les documents », avait affirmé l'édile. La plainte estime que par ses propos, Rémi Muzeau a éveillé « un sentiment de haine et de crainte envers la communauté musulmane ».

Rubriques

Société