Le président d'Urgence Homophobie agressé

Guillaume Mélanie, comédien et président de l'association Urgence Homophobie, a été violemment agressé ce mardi soir à Paris. 

Énième agression homophobe en France. Cette fois-ci, la victime n'est autre que le président de l'association Urgence Homophobie, Guillaume Mélanie, qui s'est fait violemment agresser ce mardi 16 octobre dans la soirée, dans le 2e arrondissement de Paris. Dès le lendemain, une enquête a été ouverte pour violences commises en raison de l'orientation sexuelle, rapporte l'AFP.

Guillaume Mélanie a publié sur son compte Twitter une photo de son visage tuméfié, le nez en sang. « Ce soir c’est mon tour. Agression homophobe à la sortie d’un resto. Nez cassé. Choqué. Du sang partout. Je suis homosexuel et nous sommes en 2018 », écrit-il.

Le comédien, contacté par TÊTU, explique qu'il sortait tout juste d'un restaurant lorsqu'il s'est fait agresser, à proximité de la station de métro Étienne Marcel. « C’est un quartier gay-friendly et ce restaurant c’est un peu ma cantine. Je m’attendais à ce que ça m’arrive un jour, mais vraiment pas là-bas », explique-t-il.

Ce mardi soir, le président de l'association Urgence Homophobie et plusieurs amis, tous homosexuels, fêtaient l'obtention d'un titre de séjour par un jeune homme de 23 ans qui a fui la Russie à cause de ses lois homophobes. « En sortant on se dit au revoir, on gênait le passage. On riait, on faisait les cons, on était joyeux. Un individu dérangé est passé par là et a dû comprendre qu’on était gays. Ça ne lui a pas plu », rapporte Guillaume Mélanie. « Il a poussé violemment l’un des réfugiés, et m’a insulté en me disant ‘Tu suces des bites hein, sale PD’. Il m’a ensuite décoché un coup de poing extrêmement violent et je suis tombé à terre, il y avait du sang partout. » 

Heureusement, ses amis ont immédiatement fait barrage à l'agresseur, qui a fini par partir « calmement, en marchant » en proférant des insultes « pendant un bon moment ». « Je pense que sinon les coups allaient pleuvoir, j’ai vu la haine dans ses yeux », assure le comédien.

Face à cette nouvelle agression homophobe à Paris, la maire Anne Hidalgo a décidé de convoquer, mercredi 17 octobre, les associations de défense des droits LGBT et les représentants de la police, du parquet, du tribunal de grande instance et de la Dilcrah, afin de répondre dans les plus brefs délais à cette recrudescence de violences homophobes. 

Rubriques

Société