Les spécialistes du terrorisme islamiste ont pu remarque, cette semaine, la présence de femmes dans une vidéo de Daesh.

Régulièrement, Daesh diffuse des vidéos de propagande d'une extrême violence. Mais pour la première fois, des femmes combattant en Syrie sont apparues dans certaines de ces vidéos. Si cette décision est inédite, elle avait germé dans la tête du dirigeant terroriste depuis quelques années déjà.

« On l'a vue venir de loin »

Charlie Winter, spécialiste du décryptage de la propagande, avait notamment publié un papier portant sur le sujet en 2017. Le document retraçait l'évolution de l’armée islamiste sur la question ; si les femmes ont toujours “servi” de bombes humaines lors d’attaques suicides pour Al Qaïda en Irak, Daesh avait stoppé ces actes, considérant que la place de la femme était au foyer, en tant que mère et épouse. 

Ainsi, après la parution de la vidéo, dans laquelle des femmes apparaissent sur le champ de bataille, Winter notait sur Twitter : « la vidéo est sans précédent, mais pas inattendue - on l'a vue venir de loin ».

Une idée qui avait fait son apparition en 2015

En 2015 déjà, l'idée avait fait son apparition dans le manifeste Khansa. Même si le texte insistait sur l'idée que la place des femmes était avant tout « à la maison, avec leurs enfants et maris », elles pouvaient néanmoins combattre pour le jihad lorsque « le nombre des hommes pour le défendre n'était pas suffisant pour le protéger ».  

En décembre 2016, c’est le journal de propagande Al-Naba qui abordait le sujet : « le jihad n'est pas, en tant que règle, une obligation pour les femmes, mais si l'ennemi entre dans leurs demeures, il est aussi nécessaire pour la femme que pour l'homme et elle doit le repousser par tous les moyens ». 

Les musulmanes doivent se « tenir prêtes » au combat

Enfin, été 2017, la revue de propagande Rumiyah encourageait les femmes à se « lever avec courage et abnégation dans cette guerre », leur donnant en exemple « les femmes vertueuses qui le firent au temps du Messager d’Allah ».

L'affaiblissement des armées de Daesh

Enfin, octobre 2017, la décision finale de Daesh a vu le jour : « dans le contexte de cette guerre, des épreuves et de la peine éprouvées, il est obligatoire pour les musulmanes » de se "tenir prêtes" au combat, était-il écrit. Cet appel n'aurait pas pu être plus direct envers les femmes. 

Et ce revirement serait dû à l’affaiblissement des troupes de Daesh ; les soldats étant de moins en moins nombreux sur le front, le recrutement des femmes pour soutenir la cause salafiste devenait un passage obligé. Et pour motiver ses troupes féminines, Daesh promet aux femmes soldates “d’entrer au paradis”.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !