Pour Castaner, Schiappa n'avait pas à commenter l'affaire Daval

Christophe Castaner a tenu à rappeler ce matin sur France Inter qu'"un ministre n'a pas à commenter une affaire judiciaire". Un rappel à l'ordre qui fait suite aux propos tenus ce mercredi par Marlène Schiappa, au sujet du meurtre d'Alexia Daval et de la défense mise en place par l'avocat du mari passé aux aveux.

Invité au micro de France Inter ce jeudi, le délégué général de La République en Marche et ministre des Relations avec le Parlement a tenu à faire une mise au point concernant la récente prise de parole de Marlène Schiappa. Un ministre n'a pas "à commenter une affaire judiciaire", a-t-il souligné, faisant ainsi référence aux propos de la secrétaire chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, au sujet de la défense de Jonathann Daval qui a avoué avoir tué sa femme, Alexia Daval.

Pour Christophe Castaner, qui répondait à la question d'un auditeur, Marlène Schiappa a fait "une erreur" en donnant son avis sur cette affaire. 

Une position qui contraste avec celle du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, qui pour sa part a estimé sur Europe 1 que la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes "n'était pas intervenue dans le travail de la justice". "Elle a rappelé ce qui est le combat qu'elle mène, et avec talent, depuis sa nomination au gouvernement, que dans le quinquennat les violences faites aux femmes étaient une priorité", a-t-il jugé.

Mercredi 31 janvier, au lendemain des aveux de Jonathann Daval et de sa mise en examen pour meurtre sur conjoint, l'avocat du jeune homme avait immédiatement mis en avant la prétendue violence d'Alexia Daval à l'encontre de son client, qui aurait conduit ce dernier à l'étrangler. Une défense inadmissible pour Marlène Schiappa, qui n'avait pas hésité à le faire savoir sur Twitter, dénonçant un parfait exemple de "victim-blaming". 

Rubriques

Société