Des policiers se rendent à la morgue pour déverrouiller le téléphone d'un mort avec son doigt

Les policiers, qui se sont rendus à la morgue dans le but de déverrouiller le téléphone d'un mort avec son empreinte, n'y sont pas parvenus.

En Floride, des policiers se sont rendus à la morgue pour afin de tenter de déverrouiller le téléphone d'un mort avec son doigt, dans le cadre d'une procédure légale. Linus Philipp, 34 ans, est mort le mois dernier à Fargo. Il a été abattu par des policiers, après avoir refusé d'obtempérer à un contrôle.

Les deux inspecteurs qui se sont rendus à la morgue afin de déverrouiller le téléphone de l'homme n'y sont pas parvenus. Leur initiative, bien qu'elle soit légale, pose des questions de moralité. 

Pour Charles Rose, un professeur de droit interrogé par le Tampa Bay Times, les morts ne sont pas protégés par le 4e amendement qui protège des perquisitions et saisies de propriétés, puisque l'on ne possède plus rien une fois décédé. 

Pour sa part, la fiancée du défunt présente à la morgue lors de l'opération policière, affirme s'être sentie "violée" et dénonce une opération irrespectueuse. 

Les policiers ne sont pas parvenus à déverrouiller le téléphone avec l'empreinte du défunt, car ils possédaient une fenêtre de 48 heures à 72 heures pour le faire. Leur accès au corps et au doigt du mort a été autorisé trop tard.

Rubriques

Société