L'avenir de Mennel Ibtissem dans la nouvelle saison de "the Voice", diffusée sur TF1, semble plus que jamais compromis. Interpellée au sujet des propos polémiques concernant les attentats en France, tenus par la candidate sur les réseaux sociaux, la chaîne TF1 doit prendre la décision de maintenir ou non la jeune femme dans l'émission.

Après avoir ému le jury de la septième saison de The Voice, une candidate de confession musulmane doit maintenant faire face à une importante polémique, déclenchée par des messages postés sur les réseaux sociaux lors des attentats qui ont récemment frappé la France.  

Mennel Ibtissem a ainsi publié sur son compte Facebook, il y a plus d'un an, des messages qui ont choqué les internautes. Ainsi, au lendemain de l'attentat de la Promenade des Anglais à Nice, qui a eu lieu le 14 juillet 2016, la jeune femme met en doute la version officielle : « C'est bon, c'est devenu une routine, un atten­­tat par semaine !! Et toujours pour rester fidèle, le “terro­­riste” prend avec lui ses papiers d'iden­­tité. C'est vrai, quand on prépare un sale coup, on n'oublie surtout pas de prendre ses papiers ! ».

Quelques jours plus tard, alors que le père Hamel vient de se faire égorger dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, elle s'exprime ainsi : « Les vrais terro­­ristes, c'est notre gouver­­ne­­ment ».

Des propos depuis supprimés de la Toile mais qui ont tout de même profondément indigné de nombreux internautes et téléspectateurs de TF1, poussant la chaîne à réagir à la polémique. « Nous avons décou­vert les messages dimanche, comme le grand public. Nous avons alors voulu étudier la situa­tion intel­li­gem­ment et ne pas prendre de déci­sions préci­pi­tées sans avoir tous les éléments », a expliqué la direction de TF1, ajoutant qu'elle ne souhaitait évidemment pas garder dans The Voice une candidate « qui tient des propos contre la loi de la Répu­blique ».

De son côté, Mennel Ibtissem a tenu à se défendre en assurant que les intentions qui lui étaient prêtées n'étaient pas les siennes : « On me prête des intentions qui ne sont pas les miennes et qui ne reflètent aucu­­ne­­ment ma pensée.Je suis née à Besançon, j’aime la France, j’aime mon pays. Je condamne bien évide­­ment avec la plus grande fermeté le terro­­risme. C’était la raison de ma colère. Comment imagi­­ner défendre l’in­­dé­­fen­­dable ! Je prône un message d'amour, de paix et de tolé­­rance, la preuve en est mon choix de chan­­ter Halle­­lujah de Leonard Cohen. » Rappelons au passage que cette chanson n'est en réalité pas un hymne à la paix, mais plutôt une gloire à l'amour charnel...

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !