Peut-on dire ouf ? (Suite)

Pas complètement rendus sur cette histoire d’Ukraine. D’abord, comme les Etats-Unis hier, l’OTAN dit ne constater "aucune désescalade sur le terrain à ce stade, mais au contraire un renforcement de la présence militaire russe" et ajoute "nous nous préparons au pire". Mais surtout Le Monde révèle un détail "passé relativement inaperçu" mais potentiellement bien inflammatoire : le nouveau projet de constitution biélorusse (pays aligné sur Moscou et frontalier à la fois de la Russie, de l’Ukraine, et de la Pologne donc de l’OTAN) qui abandonne son statut « neutre et non nucléaire » et ouvre ainsi la possibilité à la Russie d’installer des missiles nucléaires sur son sol. On n’est pas complètement rendus.

Rubriques

Société