Un père lance un appel pour l'aider à faire revenir ses cinq enfants retenus en Syrie

Malik cherche par tous les moyens à faire revenir ses cinq enfants, âgés de 5 à 17 ans. Actuellement retenus en Syrie, ils avaient été emmenés de force par leur mère afin de rejoindre les rangs du groupe État islamique.

Il a lancé un appel au micro de RMC. Malik souhaite faire revenir ses enfants actuellement retenus en Syrie. Âgés de 5 à 17 ans, ils avaient été enlevés en mars 2015 par leur mère afin de rejoindre les troupes du groupe terroriste État islamique. Une enquête préliminaire a été ouverte il y a deux semaines par le parquet antiterroriste pour enlèvement d'enfants.

Depuis 18 mois, Malik cherche par tous les moyens à faire revenir ses enfants, dont il n'a plus aucune nouvelle depuis le mois de juin dernier. Car il assure n'avoir rien vu venir et avoir ignoré jusqu'au bout les projets de son ex-femme, d'emmener avec elle en Syrie ses deux filles et ses trois garçons. La dernière fois qu'il a eu des nouvelles, c'est son fils de 13 ans qui l'avait appelé pour lui demander de l'aide et le supplier de venir les chercher. 

"Il m'a dit: 'je veux rentrer. Papa ça tape beaucoup, juste à côté de nous, tout le temps l'avion bombarde beaucoup'", raconte Malik à RMC. "Je ne vis pas moi, je ne vis pas".

Sa fille mariée de force

Son fils aîné de 13 ans a dû suivre un entraînement dans un camp et sa fille de 17 ans a été mariée de force à un djihadiste. Aujourd'hui, le père de famille en appelle aux autorités françaises pour les ramener. "J'ai fait une déclaration à la police judiciaire, ils sont tous au courant mais personne n'a bougé. Je suis prêt à sacrifier ma vie pour aller chercher mes enfants mais j'aimerais que l'État m'aide. Il faut qu'on les ramène, et qu'on les intègre dans notre société".

Mais ses deux enfants de 13 et 17 ans risquent la prison ou au moins des poursuites s'ils reviennent en France. Une injustice pour l'avocate de Malik, Me Samia Maktouf. "Cet enfant a contacté son père pour rentrer depuis qu'il a été enlevé par sa maman. Il ne s'agit pas d'enfants endoctrinés".

Rubriques

Société