Des parents opposés à ce que le collège de leurs enfants soit baptisé Arnaud Beltrame

À Pégomas, dans les Alpes-Maritimes, un collectif de parents s'opposait à la décision de baptiser le nouveau collège de la commune du nom d'Arnaud Beltrame, le gendarme décédé dans l'attentat terroriste du Super U de Trèbes. Les parents craignent pour la sécurité de ce nouvel établissement.

Des parents de collégiens, réunis en collectif, refusent que le futur collège de Pégomas (Alpes-Maritime) soit baptisé du nom d'Arnaud Beltrame. Un nom choisi pour rendre hommage à ce gendarme mort dans l'attentat de Trèbes, le 24 mars dernier. 

La décision de baptiser ce nouvel établissement scolaire du nom du lieutenant-colonel avait été prise par le président du département des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy, pour pour « honorer un héros de la Nation et inspirer la jeunesse azuréenne ».

Mais ce choix est rapidement devenu source d'inquiétude pour les parents d'élèves de la commune, qui ne remettent pas en cause le caractère héroïque du gendarme, mais s'inquiètent des possibles répercussions de ce choix pour la sécurité de leurs enfants. « Au-delà de l’émotion que l’acte de sacrifice de ce gendarme suscite, le collège de Pégomas, avec cette identité, devient potentiellement une cible à des attaques criminelles », soulignent ces 70 parents. « Ce choix est angoissant, symbolique de la mort d’un homme dans un contexte de menace terroriste, estime le collectif. Les enfants de 10 à 14 ans ont le droit d’étudier et de grandir sans ce poids permanent sur les épaules », estiment-ils également. 

Rubriques

Société