L'expulsion des zadistes, commencée ce lundi 09 avril, pourrait bien durer jusqu'à la fin de la semaine selon le ministre de l'Intérieur. Ce mardi matin, de nouveaux heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, restés sur le site malgré l'abandon du projet d'aéroport.

Ils ne veulent pas partir et la situation est particulièrement tendue à Notre-Dame-des-Landes, comme le montrent les images des reporters spéciaux des grandes chaînes. Alors que ce mardi 10 avril, les évacuations ont repris aux alentours de 06h00, de nouveaux heurts ont éclaté entre les zadistes et les forces de l'ordre, déployées depuis ce lundi pour les déloger. Vers 07h30, les gendarmes ont entre autres lancé plusieurs grenades assourdissantes et projeté du gaz lacrymogène sur les occupants illégaux de la ZAD. "Cassez-vous, cassez-vous!", scandaient les zadistes qui ripostaient avec des cocktails Molotov, des jets de projectiles et des tirs de fusées.

"Nous ne voulons pas d'un Rémi Fraisse"

D'après le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, il reste encore une "vingtaine" de squats à démanteler sur les quelques 30 squats que comptait la ZAD. Les opérations pourraient donc durer "jusqu'à la fin de la semaine", a-t-il fait savoir sur LCI. "Le gouvernement fait ce qu'il a dit", a souligné Gérard Collomb, tout en insistant sur le retour de "l'ordre républicain" à Notre-Dame-des-Landes. "La journée d'aujourd'hui est cruciale. Mais nous avons donné les consignes aux forces de l'ordre, de manière à être les plus retenus dans leur façon de gérer la crise. Nous ne voulons pas d'un Rémi Fraisse", a ajouté le ministre de l'Intérieur. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !