Nordhal L., accusé de deux disparitions, aurait cherché à apprendre à se "débarrasser d'un corps"

La garde à vue du principal suspect dans la disparition de la petite Maëlys, entendu cette fois-ci pour une autre affaire, a été prolongée. L'homme aurait au printemps dernier effectué des recherches sur internet dans le but d'apprendre comment se débarrasser d'un corps...

Qu'est-il arrivé au caporal Arthur Noyer, jeune militaire disparu à Chambéry dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 ? La garde à vue de Nordahl Lelandais, entendu dans le cadre de cette disparition pour laquelle a été ouverte une enquête le 20 avril dernier, a été prolongée. Placé en garde à vue lundi matin, le principal suspect dans l'affaire Maëlys qui continue de clamer son innocence dans la disparition de la fillette à Pont-de-Beauvoisin (Isère) la nuit du 26 au 27 août, est maintenant suspecté dans une deuxième affaire de disparition.

Bien que la disparition du jeune militaire et celle de la petite Maëlys n'aient à priori aucun lien entre elles, elles se déroulent toutefois dans un périmètre d'une trentaine de kilomètres seulement.

Nordahl Lelandais, incarcéré depuis sa mise en examen dans l'affaire Maëlys à la prison iséroise de Saint-Quentin-Fallavier, a été extrait de sa cellule par les gendarmes de la section de recherches de Chambéry lundi 18 décembre à 10h30. Auparavant, le trentenaire vivait chez ses parents à Domessin, en Savoie. Une maison qui a été perquisitionnée dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'Arthur Noyer, rapporte Le Dauphiné Libéré. Différents prélèvements ont également été effectués. Ce mardi matin, la juge d'instruction a décidé du prolongement de sa garde à vue, rapporte une source judiciaire.

Arthur Noyer, caporal de 23 ans dans le 13e bataillon de chasseurs alpins (BCA), a disparu dans la nuit du 11 au 12 avril dernier alors qu'il faisait du stop pour rentrer, seul, à la caserne, après une soirée passée entre amis à Chambéry. «Il marchait le long de la route et n'avait plus de veste (...)», rapportait un témoin dans la presse locale, peu de temps après sa disparition. Le jeune militaire avait été aperçu pour la dernière fois vers 04h00 du matin, alors qu'il faisait du stop dans une rue de Chambéry. Son téléphone avait cessé d'émettre aux alentours de 5H00 du matin. Le caporal ne s'était pas présenté à son poste le lendemain matin. Depuis, Arthur Noyer n'a plus donné signe de vie.

Suite à sa disparition considérée comme inquiétante, un appel à témoins avait été lancé et d'importants moyens de recherche avaient été mobilisés, en vain. Huit jours après sa disparition, le parquet de Chambéry avait ordonné l'ouverture d'une enquête pour enlèvement et séquestration. 

Nordahl Lelandais aurait effectué des recherches sur internet pour apprendre à se débarrasser d'un corps

"Comment faire disparaître un corps...", voilà ce qu'aurait cherché à apprendre Nordhal Lelandais. Une recherche effectuée sur internet qui pourrait bien peser lourd dans les charges retenues contre le principal suspect dans la disparition de Maëlys, et maintenant d'Arthur Noyer. D'après Le Parisien, l'exploitation technique des ordinateurs et du téléphone portable du ravisseur et meurtrier présumé, saisis en août dernier lors de la perquisition menée chez ses parents, attesterait d'une "recherche intensive" sur la façon dont il est possible de se débarrasser d'un corps. Des recherches qui auraient été effectuées au printemps dernier. La disparition du caporal remonte, elle, à la nuit du 11 au 12 avril...

Rubriques

Société