Double mauvaise surprise pour cette employée d’un magasin de Cagnes-sur-Mer. Enfermée à l’intérieur de l’établissement, elle avait actionné le rideau de sécurité dans la panique, alors qu’elle n’avait pas le droit de le faire. Elle a été licenciée.

On ne rigole pas avec les procédures de sécurité à Cagnes-sur-Mer. Il y a quelque temps, une employée de magasin sortait des vestiaires lorsqu’elle s’est aperçue qu’elle avait été enfermée à l’intérieur de l’établissement, toute seule. Elle crie, espérant prévenir les deux responsables du magasin, mais qui étaient déjà partis. La panique la gagnant, elle décide alors de contacter la police. Au téléphone, les policiers lui expliquent qu’ils n’ont pas le droit d’intervenir, car il s’agit d’un lieu privé. Ils lui conseillent alors de déclencher l’alarme pour permettre leur intervention.

Puis l’employée aperçoit un chef de rayon qui lui explique qu’il suffit de lever le rideau de fer, mais que seul un responsable a le droit de le faire et qu’il faut donc attendre son retour. Mais dans la panique, la salariée appuie sur le bouton pour se libérer.

Des mauvais retours de clients

Un geste qui lui a valu d’être licenciée, sur-le-champ. D’après le directeur de magasin, interrogé par Nice-Matin, les responsables présents auraient dû être plus vigilants quant à la présence d’une personne dans le magasin, mais explique qu’elle “n’aurait jamais dû ouvrir les portes elle-même”, en raison des “risques de vol”, car “il faisait nuit” et le “plan Vigipirate” était enclenché.

Le directeur affirme également qu’il y avait eu “un problème de mauvais retours de la part de clients” au sujet de la salariée, justifiant en partie son licenciement. L’intéressée a d’ores et déjà annoncé son intention de porter l’affaire devant les prud’hommes.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !