Neuf mois de prison pour un ingénieur qui torturait des chats

L'homme, ingénieur réputé de 50 ans, a reconnu avoir torturé une quinzaine de chats dans la région de Caen.

Il agissait par pur sadisme. Ce mercredi, un quinquagénaire interpellé la veille a été condamné en correctionnelle à Caen à 18 mois de prison, dont neuf ferme, pour des actes de cruauté à l'encontre de quinze chats. L'homme, ingénieur de profession, a reconnu avoir torturé ces animaux dans la région de Caen, dans le Calvados.

"Je regrette ce que j’ai fait. J’ai fait du mal à des animaux, à des familles. Je ne pensais pas causer autant de dégâts", a affirmé le prévenu face à la cour et au public, qui a plusieurs reprises a réagi au cours du procès en l'interpellant. "Pense à tes quatre enfants", a-t-on ainsi pu entendre.

Cadre supérieur le jour, tortionnaire de chats la nuit

L'ingénieur, bien inséré dans la société selon France 3, est cadre supérieur. Alors que le jour, son comportement n'était en rien suspect, la nuit, l'homme se révélait être un véritable tortionnaire de chats. Des faits « graves, préparés, multiples », qui sont nécessairement symptomatiques d'un "certain instinct de perversité", a estimé la procureure de la République de Caen. 

Le quinquagénaire, qui possède par ailleurs chez lui un chat et un chien qu'il ne maltraite pas, amadouait les félins avec de la nourriture avant de les torturer. L'homme, marié et père de famille, cassait les pattes des chats, mais également leurs crocs voire leurs mâchoires. Il leur déchirait aussi la langue. 

Un traitement à l'origine d'accès de perversité ? 

L'avocate du tortionnaire, Me Stéphanie Perol, a fait savoir que son client n'avait pas expliqué ses actes, si ce n'est en évoquant un traitement qu'il prend pour lutter contre une maladie neurodégénérative, nommé Requip. Un médicament qu'il prendrait depuis quelques mois. 

Rubriques

Société