Monaco-Nîmes et chants homophobes

Dimanche 25 août, l’arbitre de la rencontre Monaco-Nîmes a menacé de faire cesser le match de Ligue 1, alors que des supporters nîmois chantaient des chants homophobes.

L’arbitre, Amaury Delerue, a alerté le speaker du stade Louis-II de Monaco à la 22ème minute, après avoir entendu des chants hostiles à la Ligue de football professionnel, notamment : “La ligue on t’encule” et “LFP, va te faire enculer”. Un avertissement a donc été adressé au public.

Avant le début de la saison, les arbitres ont reçu des consignes précises concernant ce type de chants à caractère homophobe. Le match de Ligue 2 Nancy-Le Mans a été arrêté un moment le 16 août, à cause d’un chant injurieux et homophobe : “Les Messins sont des pédés”. Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a félicité sur Twitter l’arbitre Mehdi Mokhtari pour avoir interrompu le match. Depuis sa publication, les supporters l’attaquent sur les réseaux sociaux et même dans les stades. Moqueurs, ils s’interrogent sur ce qui constitue vraiment un acte homophobe.

Pendant le match Angers-Metz samedi soir, une banderole a été aperçue : “Arbitre enculée, est-ce homophobe pour une femme ?”. L’arbitre de cette rencontre était Stéphanie Frappart. Mercredi, la Ligue a annoncé que les dossiers des matchs de L1, L2 et Coupe de la Ligue “pour lesquels des chants injurieux et/ou homophobes ont été consignés dans les rapports d’après match” seront examinés par la commission de discipline, mercredi 28 août.

Rubriques

Société