Entre 2.000 et 3.000 policiers se sont mis en arrêt maladie ce jeudi pour protester contre leurs conditions de travail.

Ils auraient dû être chargés d'assurer la sécurité autour des cortèges de manifestants contre la réforme du code du Travail. Entre 2.000 et 3.000 CRS ont décidé de se mettre en arrêt maladie ce jeudi. 

Un chiffre qui représente tout de même 40 compagnies en arrêt sur 60 en France. Selon une source syndicale témoignant à BFM TV, il s'agit d'un mouvement sans précédent. Forcément, il a fallu trouver des bras pour remplacer les CRS absents. Alors les préfectures ont dû faire appel à des policiers, mais également aux gendarmes mobiles afin de sécuriser les parcours des manifestations.

D'après une source officielle, il y aurait environ 1500 "malades" parmi les CRS, même si les syndicats avancent un chiffre plus élevé. Une fronde "colossale" selon les autorités.

Protestations contre leurs conditions de travail

Par cette méthode, les CRS entendent protester contre leurs conditions de travail. Un projet cristallise notamment les tensions : celui de fiscaliser leurs indemnités de déplacement ou bien de ne les rembourser que deux ou trois mois plus tard.

Cette mobilisation a touché Emmanuel Macron au plus près, puisque les 7 CRS qui étaient chargés d'escorter le président de la République à Marseille ont eu un rendez-vous médical ce jeudi.

Les syndicats de police ont été reçus cet après-midi au ministère de l'Intérieur.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !