Des militants de l'organisation China Labor Watch ont été interpellés après avoir enquêté d'un peu trop près sur les usines sous-traitantes de la marque d'Ivanka Trump, la fille du président des États-Unis. 

C'est la première fois que des enquêteurs de la China Labor Watch sont arrêtés. Des interpellations qui n'ont fuité dans la presse qu'une semaine après et au sujet desquelles le matériel utilisé par les militants est mis en cause“Ces trois personnes ont reconnu s’être fait recruter par l’usine, et avoir utilisé des caméras cachées pour collecter des informations comme le niveau de salaire, les normes de production et autres secrets commerciaux de l’usine, pour les donner à des institutions étrangères, afin d’en obtenir des aides financières”, rapporte Pengpai.

D'après l'édition taïwanaise de l'Apple Daily, les trois enquêteurs interpellés auraient été envoyés par l’ONG américaine China Labor Watch dans deux usines du groupe Huajian International, à Dongguan et à Ganzhou, en avril dernier. Le but de la mission ? Passer au crible les conditions de travail des ouvriers. Le groupe Huajian, l'un des plus gros fabricants de chaussures en Chine, est le sous-traitant des chaussures de la marque d'Ivanka Trump.

Alors que le 6 juin, la porte-parole du département d'État américain exigeait de la Chine qu'elle libère ces trois militants, expliquant que “ces défenseurs du droit du travail sont bénéfiques aux sociétés américaines, en leur permettant de mieux connaître la situation réelle de leurs fournisseurs”, le gouvernement chinois lui a opposé un refus. Pour Madame Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, les pays étrangers n’ont pas le droit de se mêler de cette affaire”...

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !