Migrants vendus comme esclaves : la Libye va ouvrir une enquête pour actes "inhumains"

Des journalistes de CNN ont filmé une vente aux enchères de migrants réduits en esclavage. Des faits qui se sont déroulés en Libye. Tripoli a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Ce reportage avait créé l'effroi la semaine dernière lors de sa diffusion sur CNN. Des journalistes ont filmé une vente aux enchères de jeunes migrants réduits en esclavage. Depuis la communauté internationale a décidé de réagir. 

D'abord le gouvernement libyen d'union nationale a affirmé avoir ouvert une enquête ce week-end, dénonçant au passage des actes "inhumains". À Paris, ils étaient près d'un millier à manifester samedi pour dénoncer l'esclavage. De nombreuses personnalités comme Omar Sy, Sonia Rolland ou encore Didier Drogba avaient relayé l'appel à manifester.

La Libye rappelle son engagement à la charte des Nations unies

Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, le gouvernement libyen affirme suivre "avec grande attention les rapports des médias sur l'exploitation des migrants clandestins par des criminels". Tripoli assure que ces faits sont des actes "inhumains et contraires à la culture et aux traditions du peuple libyen" et "font l'objet d'une enquête".

"Si ces allégations sont confirmées, toutes les personnes impliquées dans ces crimes seront punies", ont promis les autorités libyennes, avant de rappeler leur "engagement total et clair" à la charte des Nations unies et notamment aux textes contre le commerce des personnes.

"La Libye met en garde (...) contre les solutions internationales superficielles et stériles qui font en réalité obstacle à ses efforts pour endiguer ce phénomène", poursuit le communiqué, faisant référence à l'idée, aujourd'hui abandonnée, des pays européens de créer des centres d'accueil pour les migrants en Libye.

Rubriques

Société