Meurtre d'Élodie Kulik : la lettre anonyme qui pourrait enfin résoudre l'affaire

Après l'envoi d'une lettre anonyme, dernier rebondissement dans l'enquête sur le meurtre de sa fille en janvier 2002, le père d'Élodie Kulik espère maintenant que ce document, dont il attend beaucoup, permettra de "connaître la vérité". 

16 ans que son père se bat pour connaître enfin la vérité, aussi dure soit-elle. Alors que la chambre d'instruction de la cour d'appel d'Amiens devait ce mardi confirmer ou infirmer le renvoi aux assises de Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre d'Elodie Kulik en 2002, la décision a été reportée suite à la réception d'un courrier anonyme. 

Une nouvelle audience a été fixée au 30 mars prochain, le temps d'étudier la lettre en question. Un courrier dont Jacky Kulik, le père de la jeune femme de 29 ans dont le corps avait été retrouvé en partie calciné dans un champ près de Terty (Somme), attend beaucoup. Interrogé ce jeudi matin sur LCI, il a confié ses attentes : "J’ai eu des informations concernant cette lettre le lendemain de sa réception, mais les avocats de la partie adverse et Willy Bardon ont eu les mêmes informations, c’est ce que je redoute un peu. J’ose espérer que cela n’est pas une lettre farfelue. Je pense que cela peut faire avancer les choses." 

"J’ai 16 ans 'd’ancienneté', donc pour moi ce qui importe c’est connaître la vérité et savoir quelles ont été les dernières paroles de ma fille, comment tout cela s’est passé", a ajouté Jacky Kulik, avant de développer : "J’attends beaucoup de cette lettre, on parle d’un trio. Dès le départ, j’ai toujours dit qu’il me semblait difficile de croire qu’ils n’étaient que deux. Je pense donc que cette lettre pourrait apporter des éléments nouveaux à l’affaire. Reste à bien travailler autour de ce témoignage pour identifier le troisième individu."

Quant à Willy Bardon, pour l'instant le seul mis en examen dans le meurtre d'Elodie Kulik, le père de la jeune femme espère sa condamnation. "J’attends sa condamnation, c’est vrai que la voix de Willy Bardon a été reconnue dans un enregistrement, mais on a aussi reconnu la voix de Grégory Wiart (ndlr : le principal suspect, aujourd'hui décédé). (...) Je serai libéré le jour où lui sera condamné, c’est évident. (...) Maintenant, j’attends que ces gens-là soient jugés et punis très sévèrement, qu’ils 'prennent' autant de peine en prison que moi j’en ai pris depuis seize ans."

Rubriques

Société