Les deux géants du luxe ont décidé de s'attaquer à l'extrême maigreur des mannequins professionnels et à l'âge minimum des participants à leurs défilés, afin d'améliorer leurs conditions de travail. 

LVMH et Kering, les deux mastodontes du monde de la mode et du luxe, propriétaires des marques Gucci, Saint Laurent, Vuitton, Dior... sont  à l'origine d'une nouvelle charte visant à interdire l'emploi de mannequins jugés trop maigres ou trop jeunes. Elle a été annoncée par les deux groupes juste avant l'ouverture de la Fashion Week new-yorkaise.

Cette charte est issue des polémiques qui gangrènent le monde du mannequinat depuis maintenant de nombreuses années et qui ont été mises en lumières lors de la Fashion Week parisienne en février et des conditions de casting "sadique(s) et cruel(s)" selon les participants, qui avaient dû rester coincés dans un escalier dans le noir pendant un long moment.

Les deux géants veulent "frapper fort", cette charte ne représente que le début d'une série d'engagements qui devront être appliqués dans le monde entier pour les marques des deux groupes, que ce soit pour des séances photo, des défilés ou des campagnes publicitaires.

François-Henri Pinault, le PDG de Kering a déclaré :

"Nous voulions aller vite et frapper fort, pour que les choses bougent vraiment, et essayer d'inciter au maximum les autres acteurs de la profession à nous suivre

Aller plus loin que les lois 

Les engagements pris par les deux titans de l'industrie du luxe et de la mode devancent le droit français en allant au-delà de ce qu'impose la loi. Un certificat médical ne pouvant dater de plus de six mois doit être présenté lors d'un casting, contre deux ans pour la loi française. De plus, la taille 32 est amenée à disparaître des défilés et des séances photo afin de lutter contre l'extrême maigreur des mannequins. La nouvelle taille minimale sera le 34.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !