Ce mercredi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Nantes, mais aussi à Paris, en soutien à l'étudiant qui a eu la main arrachée par une grenade qu'il avait ramassé lors d'affrontements avec les forces de l'ordre, à Notre-Dame-des-Landes. 

Ils étaient environ 350 à s'être réunis, ce mercredi, pour afficher leur soutien à Maxime, l'étudiant qui a eu la main arrachée dans l'explosion d'une grenade le 22 mai dernier, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Tous réclamaient l'interdiction de ce type de munitions. 

"Désarmons la police" et "Après le glyphosate, la GLI-F4", pouvait-on lire sur deux banderoles brandies en tête de cortège, suivi de près par les forces de l'ordre. 

Une fois arrivés devant la préfecture de Nantes, les manifestants ont pour la plupart arboré un gant rouge, en référence à la main arrachée de l'étudiant, puis ont brandi des pancartes sur lesquelles étaient imprimées des blessures d'opposants sur la ZAD. Ils ont alors été repoussés par les forces de l'ordre avec des grenades lacrymogènes et des lances à eau.

Dans l'affrontement, un manifestant a été blessé à l'oeil et évacué vers le CHU. Trois personnes ont été interpellées. 

Maxime, l'étudiant blessé sur la ZAD et toujours hospitalisé à Nantes, va déposer plainte pour violences volontaires ayant entraîné une incapacité permanente, a indiqué son avocat. Ses amis ont par ailleurs lancé une cagnotte en ligne pour le soutenir.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !