Macron persiste face à la colère des retraités

Le président de la République entend mener ses réformes jusqu'au bout, quitte à passer outre l'exaspération des retraités qui se plaignent de la diminution de leur pouvoir d'achat. 

Emmanuel Macron leur demande "un effort pour aider les jeunes actifs". Mais les retraités ne l'entendent pas de cette manière. Excédés face à la baisse de leur pouvoir d'achat, ils n'ont pas hésité à interpeller directement le président en visite au Centre de formation des apprentis (CFA) des Compagnons du devoir et du Tour de France à Tours, ce mercredi.

« On n'est pas contents », a lancé au chef de l'État une dame, alors que les retraités sont appelés ce jeudi à manifester contre la hausse de la CSG sur les retraites. « On nous a vraiment pompés et on a travaillé toute notre vie », lancé une autre dame. « On ne vous a pas pompés ! On a baissé de 30 % les cotisations salariales pour que les gens qui travaillent puissent payer vos retraites », leur a rétorqué Emmanuel Macron, loin de se laisser démonter. « J'assume », a-t-il encore asséné. « Il y en a qui râlent et qui ne veulent pas comprendre, c'est la France. »

« Si je ne fais pas cet effort pour ceux qui travaillent, il n'y aura personne pour payer vos retraites »

Le président de la République appelle les retraités d'aujourd'hui à plus de solidarité entre générations : « Je vous demande un petit effort pour m'aider à relancer l'économie et les actifs. » « Si je ne fais pas cet effort pour ceux qui travaillent, il n'y aura personne pour payer vos retraites », argumente-t-il. « Certains me disent je touche moins de 1 200 euros et vous m'avez augmenté, a-t-il poursuivi, mais c'est parce qu'ils ont d'autres revenus, ils sont propriétaires. »

« Je ne peux pas plaire à tout le monde, on est obligé de faire bouger les choses. Ça râle, je sais, mais on est dans un drôle de pays : quand on fait un geste, on empoche les choses et on oublie, sinon ça crie », a conclu Emmanuel Macron, qui entend bien mener ses réformes jusqu'au bout, malgré les mécontents. 

Rubriques

Société