L'autopsie a révélé que la jeune fille était morte d'une complication rare d'otite, que le personnel des urgences de l'hôpital Edouard Herriot n'a pas détectée à temps. 

Malgré deux visites aux urgences, Leana, une étudiante en littérature à Lyon, est décédée d'une otite le 23 février dernier. Sa mère a porté plainte contre l'hôpital Edouard Herriot de Lyon. Pour sa part, le chef des urgences évoque une prise en charge normale de la jeune femme. Pourtant, celle-ci s'était rendue à deux reprises aux urgences à cause des douleurs intenses qu'elle ressentait. 

Deux jours avant son décès, Leana avait été conduite à l'hôpital Edouard Herriot dans un état critique. Les médecins n'avaient alors pas réussi à la sauver. L'autopsie a révélé qu'elle était morte à cause d'une hypertension intra crânienne consécutive à un abcès cérébral, une complication d'otite rare. Pour la mère de l'étudiante morte, qui a porté plainte, l'hôpital Edouard Herriot a fait "une erreur médicale". En effet, sa fille avait été auscultée à deux reprises aux urgences, les 9 et 12 février. "Les médecins n’ont pas pris le temps de diagnostiquer correctement le mal dont souffrait ma fille", s'insurge la mère de famille.

Pour le professeur Karim Tazarourte, chef du service des urgences de l'hôpital lyonnais, le traitement apporté à la jeune fille était "adapté". Leana a donc été soignée avec des antalgiques et des antibiotiques. Malgré ce traitement, l'étudiante a continué de souffrir et son état s'est dégradé. Elle continuait notamment de vomir à de nombreuses reprises. Un état qui n'aurait pas plus inquiété que cela le personnel hospitalier, jusqu'à ce que la jeune fille soit de nouveau conduite aux urgences, cette fois-ci dans un état très critique, et finalement décède. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !