L'Oklahoma va exécuter ses condamnés par inhalation forcée d'azote

Une méthode d'exécution utilisée pour l'abattage d'animaux, qui suscite de nombreuses inquiétudes...

La méthode d'exécution n'a encore jamais été utilisée dans le pays, sur des hommes. L'Oklahoma va ainsi être le premier État américain a utiliser l'azote pour tuer ses condamnés à mort. Une méthode alternative à l'injection létale qui suscite de nombreuses inquiétudes chez les opposants à la peine de mort. 

« Nous avons opté pour cette méthode, car il est établi que les Etats dans tout le pays éprouvent de grandes difficultés à se procurer des substances pour les injections létales », a expliqué ce mercredi 14 mars le procureur général d'Oklahoma.

Une pénurie de substances pour les injections létales qui dure depuis plusieurs années et qui s'explique par le refus de certaines firmes pharmaceutiques, pour la plupart basées en Europe, d'approvisionner les prisons américaines en produits mortels. 

Depuis 1976, 11 condamnés ont été exécutés par inhalation de gaz, d'après le Centre d'information sur la peine de mort (DPIC). Mais l'inhalation forcée d'azote, gaz inerte, n'a encore jamais été expérimentée sur des hommes. Cette méthode, utilisée pour l'abattage d'animaux, entraîne le décès par hypoxie, c'est-à-dire raréfaction d'oxygène. 

Alors que l'Oklahoma a connu plusieurs tentatives d'exécutions ou exécutions ratées ces dernières années, les représentants des condamnés à mort appellent cet État à la plus grande prudence vis-à-vis de ce nouveau procédé, ainsi qu'une transparence absolue. 

Rubriques

Société