Les Françaises travaillent bénévolement

Pour la quatrième année consécutive, la militante féministe Rebecca Amsellem lance un mouvement de protestation contre les inégalités salariales. Cette année, à partir du 5 novembre à 16h47, les femmes vont donc travailler “bénévolement” jusqu’à la fin d’année.

Réalisé par le collectif féministe Les Glorieuses, le calcul des inégalités est placé au 5 novembre à 16h47 pour cette année. Cette date symbolique vise à évaluer ce que représente les inégalités de salaires entre hommes et femmes à travail égal. Du fait de ces inégalités, on peut considérer que les femmes vont donc travailler “bénévolement” à partir du mardi 5 novembre, et ce, jusqu’à la fin de l’année.

L’économiste et fondatrice du collectif, Rebecca Amsellem, explique comment a été réalisé ce calcul : “Cette date a été calculée en prenant le chiffre des inégalités de salaire d'Eurostat (15,2%). L'écart a été rapporté au nombre de jours ouvrés en 2019, ce qui a donné le 5 novembre à 16h47". Elle met également en lumière l’évolution qui tend à se faire mais qui doit être relativisée : “Nous avons certes observé une évolution à hauteur de 0,5 point, sauf qu'à ce rythme-là, ce ne sera qu'en 2168 que les femmes seront aussi bien rémunérées que les hommes". Suite à une nouvelle pétition, Les Glorieuses vont donc de nouveau interpeller le gouvernement et lui soumettre de nouvelles propositions.

Rubriques

Société