Lelandais en plein délire ?

"Maëlys me voulait du mal", a déclaré le meurtrier la fillette lors de son expertise psychiatrique...

Quelques semaines après avoir avoué le meurtre de Maëlys, Nordahl Lelandais avait été soumis à une expertise psychiatrique afin de déterminer son profil psychologique et l'état psychique dans lequel il se trouvait au moment du drame. Ce rapport auquel a eu accès L'Express révèle que l'ancien militaire de 35 ans était dans un état délirant la nuit du 26 au 27 août 2017, lorsque Maëlys a été tuée. C'est en tout cas ce qu'il a évoqué face aux psychiatres qui l'ont examiné.

Le rapport indique également que cette nuit-là, Maëlys a demandé à Nordahl Lelandais si elle pouvait voir ses chiens, alors qu'il s'apprêtait à faire un aller-retour chez lui pour "chercher de la cocaïne""Je me suis dit, je n'habite pas loin, il y en a pour cinq minutes", a précisé l'ex-maître chien de l'armée durant son audition. Mais une fois dans la voiture, la petite fille aurait voulu retourner au mariage. "Je lui ai mis un coup de poing, je ne sais pas pourquoi", a alors précisé Nordahl Lelandais, expliquant que Maëlys lui "voulait du mal". L'homme a alors souligné devant les psychiatres que "ce n'était pas Maëlys qui l'attaquait", mais Arthur Noyer, jeune caporal dont il a aussi avoué le meurtre. Il était revenu en elle", aurait-il assuré...

Pour autant, les experts ne semblent pas convaincus de cet épisode délirant, comme l'indique le rapport. "Nous avons le sentiment qu'il s'agit d'un discours appris et répété", ont-ils ainsi notifié, précisant ne pas croire "à la thèse d'un état délirant au moment de crimes".

Rubriques

Société