Le procès s’ouvre pour le Mediator

10 ans après le retrait du Mediator du marché, les laboratoires Servier entament leur procès pour “tromperie aggravée” et “blessures et homicides involontaires”.

Ce lundi, s’ouvre le procès du Mediator à Paris. Il est censé durer 6 mois. Pendant 33 ans, le Mediator était présenté comme un antidiabétique, mais était prescrit comme coupe-faim. En 2009, il a été découvert qu’il causait de graves lésions cardiaques, comme des valvulopathies. Selon des expertises publiées sur le Mediator, il pourrait engendrer, à terme, entre 1 300 et 2 100 décès sur les 5 millions d’individus l’ayant consommé.

Les représentants des laboratoires Servier et de l’Agence nationale de sécurité du médicament seront sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Paris pendant le procès, devant répondre de leurs actes. En face, ils devront faire face à une centaine de témoins, environ 4 fois plus d’avocats et 2 684 victimes, voire plus. Irène Frachon, qui a révélé le scandale en 2010, est heureuse que le procès commence enfin. Elle donne des nouvelles de l’une des victimes, qui devait partir en vacances en Tanzanie : “Elle m’a appelé pour me dire qu’elle était finalement hospitalisée… Il ne faut pas oublier que les victimes ont pris une peine de perpétuité dans cette affaire…”.

Rubriques

Société